Plymouth : lien historique entre Angleterre et Amérique

En 2020, les deux villes anglaise et américaine de Plymouth fêteront les 400 ans de l’arrivée des premiers colons anglais en Amérique du Nord.

Même si le continent américain avait été découvert depuis plus d’un siècle, l’expédition du navire Mayflower qui relia en 1620 Plymouth à New Plymouth marqua le début de la première colonisation durable anglaise.

Alors, si vous êtes en séjour sur la Côte Est vers New-York ou dans le Devon, au sud-ouest de l’Angleterre (à 350 km de Londres), n’hésitez pas à vous replonger dans l’histoire commune de ces pays.

La traversée historique du Mayflower

Le Mayflower quitta Plymouth en Grande Bretagne avec à son bord 73 passagers et 35 dissidents religieux anglais, les « Pilgrim Fathers » (les pères pèlerins), tous partis pour pratiquer librement leur religion. Un de leur acte fondateur fut la rédaction du Mayflower Compact, un pacte régissant les principes de vie et les lois de la future colonie.

En débarquant sur les côtes du Massachusetts, ils ne savaient pas qu’ils allaient marquer l’histoire des États Unis, puisque sept présidents américains furent issus des familles fondatrices (de John Adams 1735 – 1826 à George Walker Bush, né 1946, en passant par Ulysse S. Grant, 1822 – 1885).

Plymouth, un port du sud-ouest de l’Angleterre (Devon)

C’est de ce petit port près des Cornouailles anglaises, que partirent les migrants pourchassés en raison de leur croyance religieuse. Typique et animé, Plymouth est réputé pour ses cream teas à déguster dans les salons de thé et ses Fish and chips – « les meilleurs de Brande Bretagne » – car la fraicheur du poisson est assurée !

La vie s’organise autour du quartier Barbican avec son port de plaisance, ses musées et ses boutiques.

Les rues sont étroites et colorées et si vous cherchez bien, vous trouverez sur le mur d’une maison la liste des pilgrims fathers partis sur le Mayflower, avec les détails sur leurs familles et personnel… Un moment émouvant.

Si vous êtes féru d’histoire, vous découvrirez aussi la citadelle royale (Royal Citadel, sur Madeira Road), le Crownhill Fort (un des 14 forts de Plymouth, reconverti en hôtel) ou le Musée de la Marine (Marine Heritage) avec son sous-marin et ses proues de navire sculptées.

Plymouth, un port du nord-est des États-Unis (Massachusetts)

État du Massachusett (en rouge)

A 5000 kilomètres de l’Angleterre, voici la ville de Plymouth dans le Massachusetts et une des 13 colonies anglaises fondées au XVIIIème siècle. Elle est surnommée « la ville natale de l’Amérique » et se situe au cœur de l’Amérique traditionnelle, à quelques dizaines de kilomètres de New-York sur la route de Boston.

Autour de la célèbre baie de Cape Cod, toutes les villes ont des consonances bien anglaises – Chatham, Douvres, Sandwich ou Portsmouth– en souvenir des lieux d’origine des colons.

En dehors de ses grandes Universités (Harvard University ou le MIT) et de ses attraits touristiques (nautisme, vignobles), la région de Plymouth est connue pour la réplique grandeur nature du Mayflower (nommé le Mayflower II). Il sera fin prêt pour fêter les 400 ans de l’arrivée des pèlerins mais dès à présent sa visite permet de s’immerger dans le passé.

Une anecdote qui souligne l’importance de ce lieu : des millions d’Américains déclarent avoir un des passagers du Mayflower parmi leurs ancêtres. Même des célébrités comme Marilyn Monroe, Orson Welles Clint Eastwood ont mis en avant cette origine lointaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *