Pourquoi le sandwich est-il un met raffiné pour les anglo-saxons ?

Cette préparation culinaire connue dans le monde entier résume bien des aspects de l’esprit anglais : elle tire son origine d’une histoire ancienne (un peu romancée) et se caractérise par son côté à la fois pragmatique et moderne, tant les combinaisons qu’elle offre sont variées !

D’ailleurs, lors d’un séjour en Angleterre, vous n’y échapperai pas ! Le sandwich constitue le plat principal du déjeuner et les familles d’accueil vous en fourniront souvent deux exemplaires, à consommer avec des snacks, des fruits et une boisson.

Rassurez-vous, l’équilibre nutritionnel est encadré, notamment dans la norme NF et sa certification réalisée « sur le terrain ». La vraie question est donc : êtes-vous prêt à vous prêter au jeu du choc culturel et changer le temps d’un séjour vos habitudes alimentaires ? DécouvreZ la savoureuse histoire du sandwich pour vous en convaincre…

Il était une fois le Comte de Sandwich…

John Montagu est l’inventeur du sandwich. Il occupait de prestigieuses fonctions comme diplomate et Amiral britannique, au temps de George III. Issu d’une illustre lignée, il portait le titre de 4ème Comte de Sandwich, en lien avec la ville du sud de l’Angleterre chargée de défendre les côtes britanniques, au sein du groupe des « Cinque Ports » (1).

Le fameux Lord avait un passe-temps chronophage : le jeu de cartes. Ses parties duraient si longtemps que ses serviteurs prirent l’habitude de lui servir à manger à table. Ils lui servaient alors du rôti froid et du fromage, entre deux tranches de pains. Cette solution offrait de multiples avantages :

  • Le sandwich permettait de manger sans se salir les mains,
  • Le sandwich était consistant et permettait de rester à sa table de jeu, sans s’interrompre.

…Et c’est ainsi que naquit cette habitude alimentaire !

Pour être honnête, la version du Comte joueur fut remise en cause par des historiens qui estimèrent qu’un diplomate était censé passer des heures à sa table de travail plutôt qu’au jeu. Quelle que soit la table, le sandwich était né d’une contrainte.

Plus tard, pour célébrer le fameux amiral, l’explorateur James Cook baptisa des archipels de son nom (les Iles Sandwich) qui constituent aujourd’hui les Iles de Hawaï.

 Aujourd’hui, la relève est assurée par le onzième Comte de Sandwich ! Il développe une chaine de restauration rapide déjà présente à Disneyland Paris : « The Earl of Sandwich« . Le slogan de l’enseigne entend profiter de la notoriété de l’illustre aïeul : « Après 250 ans d’expérience, (…) Earl of Sandwich ® fait de délicieux sandwichs pour vous. »

Et le sandwich Club américain, vous connaissez ?

Concurrent direct du britannique, voici le sandwich Club (ou club sandwich). Il est visuellement reconnaissable, constitué d’un empilement d’étages de pain de mie triangulaire et de garniture (poulet, tomate, bacon et salade généreusement garni de mayonnaise).

Selon la légende, la naissance du Club serait également associé aux jeux de cartes. Richard Canfield, propriétaire d’un casino (Morrissey’s Club House) l’aurait crée en même temps que le jeu de de carte solitaire « Canfield » !

Dès 1903, la recette est popularisée dans les livres de cuisine, ce qui en assure la renommée. Il se compose dans cette version d’origine de :

  • pain grillé tartiné de beurre,
  • de lard grillé,
  • de poulet,
  • de tomate et laitue
  • …et de mayonnaise !

Toujours selon la légende, le sandwich Club aurait été le préféré du roi Edouard VIII d’Angleterre et de son épouse américaine Wallis Simpson, réputée comme experte dans sa préparation.

En gagnant ses lettres de noblesse, le sandwich Club devint une référence : à la fois rapide à déguster et raffiné, les bars de luxe et les palaces du monde entier le proposent aujourd’hui dans leur « room service » !

Et comme toujours, des polémiques éclatent régulièrement entre puristes : faut il trois ou quatre étages dans le sandwich ? Faut il utiliser du blanc de poulet ou de la dinde ? Sur ces points litigieux, nous vous laissons juges.

(1) Cinque Ports, terme anglais issu du normand, en français « les Cinq-Ports ». Il s’agit des ports stratégiques du sud de l’Angleterre : Sandwich, Douvres, Hythe, New Romney (dans le Kent) et Hastings.