L’incroyable diversité linguistique en Allemagne

Pour apprendre l’allemand, l’idéal est bien sûr de se rendre en séjour linguistique dans le pays afin d’apprécier les bases de la culture germanique et surtout découvrir les particularités de chaque région, appelée Land -ou Länder au pluriel- (1). Chaque Land est différent et bénéficie d’une autonomie en matière de police, d’éducation et de culture. Un peu comme en Espagne ou règnent les Communautés autonomes (Comunidad autónoma). Mais le côté surprenant de cette Fédération de Länder est la diversité de ses langues, véritables traits d’union entre la modernité et l’Histoire des Vikings et des invasions romaines…

La diversité des langues et dialectes en Allemagne

La diversité du pays se reflète au niveau des langues et dialectes allemands. Le site ethnologue.com (2) publie chaque année son étude internationale sur les pratiques linguistiques et reconnait pour l’Allemagne l’usage de 24 langues et dialectes à des degrés divers de développement.

En dehors de l’allemand standart il existe bon nombre de langues régionales rattachées à la famille des Langues germaniques occidentales (Bas allemand et Haut allemand) ou septentrionales.

langues en allemagne

Une des plus connue est l’Alémanique (en allemand Alemannisch et Alemanic en anglais), une langue germanique occidentale, qui appartient à la sous-famille des dialectes germaniques du Haut allemand.

C’est une langue ou plutôt un ensemble de sous-dialectes (3) parlés dans le sud-ouest de l’Allemagne (Bade-Wurtemberg et Bavière) et dans l’ensemble des pays limitrophes (dont la France avec l’Alsace). 6,5 millions de personnes pratiquent ces dialectes, issus à l’origine de la province romaine de Germanie supérieure, peuplée autrefois par les Alamans.

Une autre langue répandue est le Bavarois, en allemand : Bayerisch, prononcé : Baillerich et en anglais bavarian. Elle est  parlée par  6.000.000 personnes  au sud de l’Allemagne et en Autriche. Elle se décompose elle-même en dialectes locaux :

  • le bavarois du nord,
  • le bavarois central (le long de l’Isar et du Danube), pratiquée par 20% de la population de  Munich, jusqu’à Salzbourg et Vienne en Autriche.
  • Le bavarois du sud, plus dans le Tyrol (Autriche).

Le dialecte kölsch concerne plus Cologne où il est parlé par près de 250.000 personnes, soit environ un quart de la population de la ville.

Le Limburgish –en français le Limbourgeois- est parlé à  Düsseldorf jusqu’à Aachen et Maastricht par près de 1.300.000 personnes.

Le haut-francique est une langue composée du francique méridional (Südfränkisch) parlé à Karlsruhe et en France et du  francique oriental (Ostfränkisch) parlé au nord de la Bavière.

Le Plautdietsch ou en français, le Bas allemand mennonite est issue du mélange du vieux prussien et du flamand. Menacé d’extinction, il est encore parlé par 90.000 allemands et 447.360 personnes dans le monde, descendants de colons et migrants (Argentine, Russie, Uruguay…).

Les langues des pays limitrophes

Bon nombre d’allemands vivant à l’Est du pays parlent polonais (241.000 personnes). Plus au sud, le luxembourgois (en allemand Luxembourgish) est également une langue germanique parlée par 390,000 personnes au Luxembourg et dans tout les pays limitrophes (France -Moselle-, Belgique et Allemagne)

Le danois est pratiqué par une minorité, dans le Nord de l’Allemagne (21.000 personnes), mais se rattache à l’ancienne langue des vikings, le Old Norse, qui est également une langue germanique.

Le frison, parlée à l’origine par le peuple peuple germanique des Frisons, est pratiquée par 60.000 personnes, proches de la frontière néerlandaise.

Avec une telle variété de langues, dialectes et coutumes (dont nous ne voyons ici qu’un extrait) il est possible de se dire que la culture allemande, trop méconnue, réserve bien des surprises aux voyageurs curieux.

(1) Depuis la réunification en 1990, la République fédérale d’Allemagne compte seize Länder. Chacun dispose d’une constitution, d’une assemblée élue et d’un gouvernement. Le fédéralisme est un principe fondamental de la Constitution allemande.

(2) Ethnologue: Languages of Germany, Nineteenth edition data, M. Paul Lewis, Gary F. Simons, and Charles D. Fennig, Editors, 2016. Ethnologue: Languages of the World, Online: http://www.ethnologue.com.

(3) Le  souabe, le bas-alémanique (Niederalemannisch, l’alsacien, le haut-alémanique (Hochalemannisch) et l’alémanique supérieur (Höchstalemannisch)